Un monde de possibilités, une ville magnifique, une équipe hors pair et une organisation dynamique. Réunissez tous ces éléments et vous obtenez l’audacieux nouveau centre de recherche de Borealis AI à Montréal, qui a officiellement ouvert son tunnel, ou plutôt ses portes, cette semaine. 

Dave MacKay, chef de la direction de RBC, a donné le coup d’envoi du lancement officiel ce matin, lancement qui vient renforcer l’engagement de la Banque à soutenir l’écosystème d’intelligence artificielle grâce à des collaborations avec les meilleurs centres de recherche du Canada. Nadine Renaud-Tinker, présidente de RBC au Québec, et Foteini Agrafioti, cofondatrice et chef de Borealis AI, se sont jointes à lui pour exprimer leur enthousiasme à l’égard de l’expansion du réseau de centres de recherche de l’organisation dans une ville qui a démontré son dynamisme et son leadership dans le domaine de l’IA. 

Le Dr Alan Bernstein, président et chef de la direction de l’Institut canadien de recherches avancées (CIFAR), a ensuite pris la parole pour annoncer l’investissement d’un million de dollars de RBC Fondation dans la stratégie pancanadienne en matière d’intelligence artificielle.

Notre nouveau centre de recherche de 40 personnes est établi dans le O Mile-Ex, une ancienne usine textile en voie de devenir le pôle de la recherche industrielle en intelligence artificielle à Montréal. Nous partageons un accès facile à l’un des meilleurs cafés du quartier avec nos nouveaux voisins Element AI, le MILA, Thales et IVADO.

Alors que notre équipe de Toronto collectionne les prix de conception et que le magazine Toronto Life a publié un article de fond sur son travail, notre équipe de Montréal avait la lourde tâche de lui succéder. 

Heureusement, nous disposions d’un espace de 6 500 pieds carrés et n’avions pas de restrictions de construction. C’était à nous de jouer. Nous avons commencé par consacrer une de nos salles de conférence au thème du hockey. C’est un véritable clin d’œil au riche héritage de la ville et une manifestation de l’esprit sportif du laboratoire de Toronto, qui reconnaît l’apport essentiel des Canadiens. 

De plus, un terrain de soccer miniature trône au milieu du couloir pour les membres de l’équipe qui ont besoin de décompresser un peu.

Mentionnons aussi la salle de cinéma (et de réunion), qui fait honneur à l’industrie cinématographique florissante du Québec, et plus particulièrement au mythique théâtre Snowdon à ses heures de gloire.

Malgré tout, le thème principal demeure le métro de Montréal. Les visiteurs doivent emprunter un tunnel carrelé pour aboutir dans le hall d’entrée. 

Un virage à gauche, et ils accèdent à une salle de réunion dotée de chaises suspendues en forme d’œuf. À droite, ils arrivent dans une salle de détente avec une surface gazonnée et des fauteuils poires douillets.

L’épicerie est livrée tous les lundis dans la cuisine au sol à l’étonnante mosaïque. Voilà un autre clin d’œil à Montréal : cette fois, à sa vibrante communauté de design et à son unique souci du détail.

Notre salle de séjour a l’allure d’un grand parc – qui serait équipé d’une grande porte de garage, bien entendu. L’espace lumineux et décloisonné offre une vue panoramique pour les cours, les présentations et les réunions, et est dominé par un gigantesque chien gonflable qui suit de près toutes les activités.

La recherche exceptionnelle mérite un espace exceptionnel. Et si vous aimez ce que vous voyez, attendez de savoir ce que nous réservons aux futurs centres de recherche de Waterloo, de Vancouver et d’Edmonton.